BRUICHLADDICH
image_pdfTéléchargez l'article en pdf

LA DISTILLERIE BRUICHLADDICH
PRESENTE TROIS NOUVEAUX
SINGLE MALTS, POUR UNE VIRÉE
AU CŒUR D’ISLAY !

Aujourd’hui, je vous présente le Bruichladdich Islay Barley 2011 que j’ai dégusté avec plaisir !

Bruichladdich Islay Barley 2011 :

Nez: Notes florales de bruyère avec une pointe de genévrier et d’aubépine. Le nez évolue sur des arômes de fruits rouges mûrs, de raisins verts, de melon, de poire et d’ananas et de cannelle.

Bouche: Onctueuse et boisée, elle confirme le nez . D’une belle souplesse, sa texture se révèle riche et robuste notamment grâce au malt de l’orge.

Finale : Longue et sèche avec un côté boisé très marqué. L’absence de de filtration à froid apporte une belle rondeur à l’ensemble.

À lire aussi : https://www.obsessionluxe.com/2016/11/07/moet-hennessy/

Un nouveau Bruichladdich millésimé, le 2011 !

Ainsi, l’orge ici est un digne représentant du terroir qui l’a vu naître et les hommes qui l’ont semé, soigné et récolté. En effet, Bruichladdich a sélectionné l’orge premium « Optic » élevé à Rockside Farm à l’ouest d’Islay. Tout au bord de l’océan. Et plus particulièrement le champ du « Ministers field » – la « parcelle du révérend ». Ici le goût du terroir prend tout son sens ! Aussi, fruit d’un partenariat entre la distillerie et les agriculteurs locaux, c’est un 100% Islay embouteillé à 50° pour un maximum de sensations en bouche. Au nez on retrouve le caractère de l’orge qui a poussé sur un terreau marin et s’est imbibé de la brise atlantique et les arômes du large. https://www.lespassionnesduvin.com/

Quelles alliances mets et whiskies ?

Le saviez-vous ? Les Irlandais marient généralement leurs whiskeys avec du saumon fumé. Et les Écossais avec leur plat national, le haggis (panse de brebis farcie).

Mais, on retrouve également un grand nombre de recettes où le whisky joue le rôle d’ingrédient. Que ce soit pour des sauces ou bien encore des marinades.

Les single malts de l’île d’Islay, où l’influence marine est des plus remarquables, s’associent volontiers aux poissons fumés et aux fruits de mer (flamber de gambas ou de noix de Saint-Jacques).

Les + : Remplacer le vin par le whisky à table. Par exemple, avec des huîtres pour un mariage iodé et tourbé. Ou avec de l’avruga (des œufs de hareng) pour exalter ses arômes. Mais aussi, des couteaux de mer, du crabe ou encore des langoustines. Pour finir, un comté affiné 24 mois.

Le saviez-vous ? Avant même cette influence de la gastronomie française, les Japonais accompagnaient leur repas de poissons avec du whisky servi en mizuwari. Le whisky est servi réduit par deux tiers d’eau et quelques glaçons pour lui donner une force alcoolique équivalente à celle d’un vin. Il est important de noter , cela n’est pas possible avec tous types de whisky.

J’aime : Déguster mon whisky avec un cigare.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE. A CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

Laisser un commentaire