Nous utilisons les cookies pour améliorer le site et votre expérience de navigation.

Je suis un Cordon Bleu !

Ateliers et Cours Gourmets

Plus de 120 ans d’excellence  ! 

J’ai eu la chance de participer à un cours sur l’Art de la Cuisine Française – La Provence.

Le-Cordon-Bleu_Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_5Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_6 Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_8

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_2

L’Art de la Cuisine Française – La Provence

Lors de cet atelier, nous étions 10 sur 16 postes.

J’ai fait connaissance des participants, français et étranger. Et de ma partenaire du jour. Partenaire spécialisée dans la pâtisserie (ce qui me va fort bien car la pâtisserie m’ennuie…).

Le menu du jour :

  • Barba Juan de Brebis, Fleurs de courgettes, Tomates séchées et mesclun acidulé.
  • Dos de cabillaud doré, Purée d’abricot, Marmelade de courgettes à la marjolaine.
  • Tarte au citron de Menton.

J’ai aimé l’atelier et j’ai passé un agréable moment de partage et de convivialité, mais j’ai adoré la fin de cet atelier qui c’est conclu par la dégustation de nos chefs d’oeuvre.

Durée: 7 Heures (l’horaire de fin de l’atelier peut fluctuer en fonction du nombre de participants).

Prix: € 245.00

Barba Juan de Brebis, Fleurs de courgettes, Tomates séchées et mesclun acidulé.

 

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_18

Dos de cabillaud doré, Purée d’abricot, Marmelade de courgettes à la marjolaine.

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_13

Chef Philippe Groult

Nous avons retrouvé Chef Philippe Groult, Meilleur Ouvrier de France (MOF), Directeur Adjoint des Arts Culinaires et Responsable du Département Cuisine à l’institut Le Cordon Bleu Paris. Début 2016, Chef Groult intègre les équipes Le Cordon Bleu Paris après un long et passionnant parcours. Au détour d’une interview il nous confie d’où lui vient sa passion, ses souvenirs en cuisine et nous parle de ceux qui l’inspirent au quotidien.

D’où est venue votre passion pour la cuisine et votre volonté d’en faire votre métier ?

Ma passion pour la cuisine m’est venue pendant mon enfance, j’ai été marqué par la convivialité des repas en famille, la bonne humeur qui se dégageait des repas que nous partagions tous les dimanches en famille.

Ce sont ces moments qui m’ont donné envie de faire de la cuisine. À chaque fois que l’on me demandait « que veux-tu faire quand tu seras plus grand ? », je répondais chef cuisinier et à chaque fois on me disait « c’est un beau métier ». J’ai été beaucoup encouragé à faire ce métier par l’avis des autres.

Comment définiriez-vous votre cuisine ?

Je suis à la recherche de l’émotion, la création d’un souvenir. Je fais une cuisine de caractère, j’accentue les saveurs par la réduction des jus et la concentration. Enfin je prête toujours une grande attention à la provenance et à la fraîcheur des produits.

Quels ingrédients préférez-vous travailler ?

En automne et en hiver, j’aime travailler le gibier et les champignons. Au printemps et en été, je cuisine plutôt les coquillages, les crustacés et les légumes. J’aime raidir les huîtres ou faire des émulsions d’oursin, par exemple.

Quels Chefs vous inspirent au quotidien ?

Au quotidien, je suis influencé par la cuisine de Jöel Robuchon, j’apprécie le raffinement et le visuel de ses plats, mais aussi la justesse des saveurs. J’ai d’ailleurs beaucoup travaillé avec lui. Enfin, Daniel Humm m’inspire pour l’originalité et la modernité de sa cuisine.

La recette ou réalisation dont vous êtes le plus fier ?

J’ai réalisé une recette dont je suis fier lorsque je possédais mon propre restaurant, Amphyclès, à Paris. Il s’agit d’une araignée de mer reconstituée dans sa carapace avec la chair d’autres araignées décortiquées à laquelle j’ajoutais de l’échalote grise ciselée et du persil plat concassé. Je l’accompagnais d’une sauce composée du corail des araignées émulsionné avec un œuf mollet, de l’huile d’olive et du piment d’Espelette.

Avez-vous un souvenir particulier en cuisine à nous confier ?

J’ai beaucoup d’enfants et à chaque fois que cela m’était possible, le mercredi et le samedi, je les emmenais avec moi en cuisine : ils faisaient de la pâte, manipulaient les ingrédients, etc.

Quels sont vos plats préférés ?

J’aime les fruits de mer et les plats avec de la mangue. J’apprécie également de la tourte feuilletée au canard ou encore les lentilles mijotées avec du cochon confit. En dessert, je préfère les flans, le far aux pruneaux et l’ananas au kirsch.

Pour vous, quelles sont les qualités essentielles pour devenir un bon chef ?

Il faut avoir envie de faire plaisir, mais aussi être honnête : ne jamais tricher sur la qualité des produits. C’est aussi un métier qui demande de la rigueur, d’être sévère envers soi-même : j’entends par là de ne pas chercher à réduire ou simplifier son travail pour plus de confort. La passion et l’amour du travail bien fait sont essentiels. Enfin, il est important d’aider, de soutenir et de transmettre aux personnes qui travaillent avec nous.

Gardez en mémoire qu’un bon Chef avec des diplômes, des médailles, des références et la reconnaissance de tous n’est rien sans une équipe et des collaborateurs fidèles autour de lui.

Pourquoi Paris ?

Pour les valeurs fondamentales de l’institut :

  • L’Excellence, c’est d’abord le goût du beau et le goût du bon. C’est la volonté de toujours se dépasser dans la recherche du plaisir de l’autre et atteindre le prestige d’un art accompli.
  • La Passion, l’amour des traditions du terroir français et des cultures locales, la rigueur dans l’exécution et le grain de folie dans la création.
  • La Transmission, faire perdurer par l’enseignement les techniques et les savoirs culinaires hérités des grands maîtres de la cuisine française.
  • La Créativité, la capacité de dépasser les techniques et l’enseignement reçu, le pouvoir de toujours se réinventer.
  • La Modernité, c’est faire rimer tradition avec invention pour mieux se surpasser et atteindre l’élégance, que ce soit en bouche ou à l’oeil.

XIXème siècle

Paris, 1895 • Une journaliste française, Marthe Distel, lance un magazine culinaire intitulé « La Cuisinière Cordon Bleu ».

1897 • Le Cordon Bleu Paris accueille son premier étudiant russe.

XXème siècle

1905 • Le Cordon Bleu Paris forme son premier étudiant japonais.

1914 • Le Cordon Bleu est présent avec quatre écoles à Paris.

1927 • Le quotidien « The London Daily Mail » daté du 16 novembre relate une visite au Cordon Bleu Paris : « Il n’est pas rare de voir huit nationalités différentes par classe ».

1933 • Rosemary Hume et Dione Lucas, formées au Cordon Bleu Paris sous la supervision du Chef Henri-Paul Pellaprat, ouvrent l’école du Petit Cordon Bleu et le restaurant Au Petit Cordon Bleu à Londres.

1942 • Dione Lucas ouvre une école et un restaurant Le Cordon Bleu à New York. Celle-ci est aussi l’auteur du best-seller « The Cordon Bleu Cook Book » et devient la première femme à animer une émission de cuisine télévisée aux États-Unis.

1948 • Le Cordon Bleu est accrédité par le Pentagone pour la formation professionnelle de jeunes soldats américains après leur service en Europe. Ancien membre de l’Office of Strategic Services (OSS) aux États-Unis, Julia Child débute sa formation à l’école Le Cordon Bleu Paris.

1953 • Le Cordon Bleu Londres crée la recette du « Coronation Chicken », qui est servi aux dignitaires étrangers lors du dîner de couronnement de sa Majesté la Reine Elizabeth II.

1954 • Le succès du film « Sabrina » de Billy Wilder, avec Audrey Hepburn dans le rôle titre, contribue à la renommée grandissante de l’école.

1984 • La famille Cointreau, descendante des familles fondatrices des marques Rémy Martin et liqueur Cointreau, prend la présidence de l’école Le Cordon Bleu Paris, succédant à Madame Elizabeth Brassart, qui était la Directrice de l’école depuis 1945.

1988 • Le Cordon Bleu Paris quitte la rue du Champ de Mars, près de la Tour Eiffel, pour déménager rue Léon Delhomme, dans le 15ème arrondissement. Le Cordon Bleu Ottawa accueille ses premiers étudiants.

1991 • Le Cordon Bleu Japon ouvre ses portes à Tokyo, puis à Kobe. L’école est connue sous le nom de « Petite France au Japon ».

1995 • Le Cordon Bleu célèbre son 100ème anniversaire. Les autorités du district de Shanghai en Chine envoient pour la première fois des Chefs à l’étranger pour se former au Cordon Bleu Paris.

1996 • Le Cordon Bleu s’établit à Sydney en Australie, à la demande du gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud, et dispense une formation pour les Chefs en préparation des Jeux Olympiques de Sydney de 2000. Des Bachelors et Masters en management, ainsi que des recherches universitaires dans les domaines de l’hôtellerie, de la restauration, des arts culinaires et du vin sont ensuite développés à Adelaide.

1998 • Le Cordon Bleu signe un accord exclusif avec Career Education Corporation (CEC), afin d’exporter son expertise en matière d’enseignement aux États-Unis, et ainsi proposer des « Associate Diplomas » avec un contenu unique en arts culinaires et management hôtelier.

XXIème siècle

2002 • Le Cordon Bleu Corée et Le Cordon Bleu Mexique ouvrent leurs portes aux premiers étudiants.

2003 • L’aventure commence pour l’école Le Cordon Bleu Pérou. Celle-ci se développe, et devient la première école dans le pays.

2006 • Le Cordon Bleu Thaïlande est lancé en partenariat avec Dusit International.

2009 • Tous les établissements du réseau participent au lancement du film « Julie & Julia », avec Meryl Streep dans le rôle de Julia Child, ancienne étudiante du Cordon Bleu Paris.

2011 • Le Cordon Bleu Madrid ouvre ses portes en partenariat avec l’Université Francisco de Vitoria • Le Cordon Bleu lance son premier programme en ligne « Master of Gastronomic Tourism ».

2012 • Le Cordon Bleu Malaisie est lancé en partenariat avec Sunway University College • Le Cordon Bleu Londres déménage dans le quartier de Bloomsbury • Le Cordon Bleu Nouvelle-Zélande à Wellington ouvre ses portes.

2013 • Inauguration officielle du Cordon Bleu Istanbul • Le Cordon Bleu Thaïlande reçoit le prix de la « Meilleure Ecole Culinaire d’Asie » • Un accord est signé avec l’Université Ateneo de Manille pour ouvrir une école aux Philippines.

2014 • Le Cordon Bleu Inde ouvre ses portes, proposant aux étudiants des Bachelors en management de l’hôtellerie et de la restauration • Le Cordon Bleu Liban et Le Cordon Bleu Hautes Études du Goût célèbrent leur 10ème anniversaire.

2015 • Le 120ème anniversaire de Le Cordon Bleu est célébré à travers le monde • Le Cordon Bleu Shanghai accueille ses nouveaux étudiants • Le Cordon Bleu Pérou obtient le statut d’université • Le Cordon Bleu Taiwan ouvre ses portes avec NKUHT et l’institut Ming-Tai.

2016 • Ouverture des nouveaux locaux à Paris sur les bords de Seine dans le 15e arrondissement. Avec 4 000 m2 dédiés aux arts culinaires et au management dans les métiers du vin, de l’hôtellerie et de la restauration, Le Cordon Bleu Paris accueillera plus de 1 000 étudiants.Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_12

Le + : L’ Atelier est traduit en anglais.

Le – : Le jour de l’atelier, vous bénéficiez de 10% de remise sur la boutique, hormis les livres (-5%). Donc forcément, j’ai fait un tour par la case Boutique… Et j’ai adoré acheter des sablés pour mon fils, et des couteaux pour professionnels à mon chéri. Pour moi, juste une râpe-microplane pour mes tartes aux citrons de Menton, et surtout mon osso-bucco, entre autres plats salés.

J’aime : Repartir avec mon Tablier, mon torchon, mon « calot » et mon carnet de recettes.

Conclusion je veux y retourner pour le programme « Vin et Spiritueux » – 3 modules (42 heures de cours). On a le droit de rêver…!

Le-Cordon-Bleu_Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie

LE CORDON BLEU PARIS

PLUS DE 120 ANS D’EXCELLENCE DANS L’ENSEIGNEMENT DES ARTS CULINAIRES ET LE MANAGEMENT HÔTELIER.

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_3

 Suivez moi sur Instagram @ObsessionLuxe


Je suis un Cordon Bleu !
MOTS-CLEFS - CORDON BLEU

Votre adresse email ne sera pas publié

Laisser un commentaire

Je suis un Cordon Bleu !

Ateliers et Cours Gourmets Plus de 120 ans d’excellence  !  J’ai eu la chance de participer à un cours sur l’Art de la Cuisine Française – La Provence. L’Art de la Cuisine Française – La Provence Lors de cet atelier, nous étions 10 sur 16 postes. J’ai fait connaissance des participants, français et étranger. Et […]

Je suis un Cordon Bleu !
Christel Engström
WebZine
Christel Engström

Ateliers et Cours Gourmets

Plus de 120 ans d’excellence  ! 

J’ai eu la chance de participer à un cours sur l’Art de la Cuisine Française – La Provence.

Le-Cordon-Bleu_Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_5Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_6 Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_8

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_2

L’Art de la Cuisine Française – La Provence

Lors de cet atelier, nous étions 10 sur 16 postes.

J’ai fait connaissance des participants, français et étranger. Et de ma partenaire du jour. Partenaire spécialisée dans la pâtisserie (ce qui me va fort bien car la pâtisserie m’ennuie…).

Le menu du jour :

  • Barba Juan de Brebis, Fleurs de courgettes, Tomates séchées et mesclun acidulé.
  • Dos de cabillaud doré, Purée d’abricot, Marmelade de courgettes à la marjolaine.
  • Tarte au citron de Menton.

J’ai aimé l’atelier et j’ai passé un agréable moment de partage et de convivialité, mais j’ai adoré la fin de cet atelier qui c’est conclu par la dégustation de nos chefs d’oeuvre.

Durée: 7 Heures (l’horaire de fin de l’atelier peut fluctuer en fonction du nombre de participants).

Prix: € 245.00

Barba Juan de Brebis, Fleurs de courgettes, Tomates séchées et mesclun acidulé.

 

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_18

Dos de cabillaud doré, Purée d’abricot, Marmelade de courgettes à la marjolaine.

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_13

Chef Philippe Groult

Nous avons retrouvé Chef Philippe Groult, Meilleur Ouvrier de France (MOF), Directeur Adjoint des Arts Culinaires et Responsable du Département Cuisine à l’institut Le Cordon Bleu Paris. Début 2016, Chef Groult intègre les équipes Le Cordon Bleu Paris après un long et passionnant parcours. Au détour d’une interview il nous confie d’où lui vient sa passion, ses souvenirs en cuisine et nous parle de ceux qui l’inspirent au quotidien.

D’où est venue votre passion pour la cuisine et votre volonté d’en faire votre métier ?

Ma passion pour la cuisine m’est venue pendant mon enfance, j’ai été marqué par la convivialité des repas en famille, la bonne humeur qui se dégageait des repas que nous partagions tous les dimanches en famille.

Ce sont ces moments qui m’ont donné envie de faire de la cuisine. À chaque fois que l’on me demandait « que veux-tu faire quand tu seras plus grand ? », je répondais chef cuisinier et à chaque fois on me disait « c’est un beau métier ». J’ai été beaucoup encouragé à faire ce métier par l’avis des autres.

Comment définiriez-vous votre cuisine ?

Je suis à la recherche de l’émotion, la création d’un souvenir. Je fais une cuisine de caractère, j’accentue les saveurs par la réduction des jus et la concentration. Enfin je prête toujours une grande attention à la provenance et à la fraîcheur des produits.

Quels ingrédients préférez-vous travailler ?

En automne et en hiver, j’aime travailler le gibier et les champignons. Au printemps et en été, je cuisine plutôt les coquillages, les crustacés et les légumes. J’aime raidir les huîtres ou faire des émulsions d’oursin, par exemple.

Quels Chefs vous inspirent au quotidien ?

Au quotidien, je suis influencé par la cuisine de Jöel Robuchon, j’apprécie le raffinement et le visuel de ses plats, mais aussi la justesse des saveurs. J’ai d’ailleurs beaucoup travaillé avec lui. Enfin, Daniel Humm m’inspire pour l’originalité et la modernité de sa cuisine.

La recette ou réalisation dont vous êtes le plus fier ?

J’ai réalisé une recette dont je suis fier lorsque je possédais mon propre restaurant, Amphyclès, à Paris. Il s’agit d’une araignée de mer reconstituée dans sa carapace avec la chair d’autres araignées décortiquées à laquelle j’ajoutais de l’échalote grise ciselée et du persil plat concassé. Je l’accompagnais d’une sauce composée du corail des araignées émulsionné avec un œuf mollet, de l’huile d’olive et du piment d’Espelette.

Avez-vous un souvenir particulier en cuisine à nous confier ?

J’ai beaucoup d’enfants et à chaque fois que cela m’était possible, le mercredi et le samedi, je les emmenais avec moi en cuisine : ils faisaient de la pâte, manipulaient les ingrédients, etc.

Quels sont vos plats préférés ?

J’aime les fruits de mer et les plats avec de la mangue. J’apprécie également de la tourte feuilletée au canard ou encore les lentilles mijotées avec du cochon confit. En dessert, je préfère les flans, le far aux pruneaux et l’ananas au kirsch.

Pour vous, quelles sont les qualités essentielles pour devenir un bon chef ?

Il faut avoir envie de faire plaisir, mais aussi être honnête : ne jamais tricher sur la qualité des produits. C’est aussi un métier qui demande de la rigueur, d’être sévère envers soi-même : j’entends par là de ne pas chercher à réduire ou simplifier son travail pour plus de confort. La passion et l’amour du travail bien fait sont essentiels. Enfin, il est important d’aider, de soutenir et de transmettre aux personnes qui travaillent avec nous.

Gardez en mémoire qu’un bon Chef avec des diplômes, des médailles, des références et la reconnaissance de tous n’est rien sans une équipe et des collaborateurs fidèles autour de lui.

Pourquoi Paris ?

Pour les valeurs fondamentales de l’institut :

  • L’Excellence, c’est d’abord le goût du beau et le goût du bon. C’est la volonté de toujours se dépasser dans la recherche du plaisir de l’autre et atteindre le prestige d’un art accompli.
  • La Passion, l’amour des traditions du terroir français et des cultures locales, la rigueur dans l’exécution et le grain de folie dans la création.
  • La Transmission, faire perdurer par l’enseignement les techniques et les savoirs culinaires hérités des grands maîtres de la cuisine française.
  • La Créativité, la capacité de dépasser les techniques et l’enseignement reçu, le pouvoir de toujours se réinventer.
  • La Modernité, c’est faire rimer tradition avec invention pour mieux se surpasser et atteindre l’élégance, que ce soit en bouche ou à l’oeil.

XIXème siècle

Paris, 1895 • Une journaliste française, Marthe Distel, lance un magazine culinaire intitulé « La Cuisinière Cordon Bleu ».

1897 • Le Cordon Bleu Paris accueille son premier étudiant russe.

XXème siècle

1905 • Le Cordon Bleu Paris forme son premier étudiant japonais.

1914 • Le Cordon Bleu est présent avec quatre écoles à Paris.

1927 • Le quotidien « The London Daily Mail » daté du 16 novembre relate une visite au Cordon Bleu Paris : « Il n’est pas rare de voir huit nationalités différentes par classe ».

1933 • Rosemary Hume et Dione Lucas, formées au Cordon Bleu Paris sous la supervision du Chef Henri-Paul Pellaprat, ouvrent l’école du Petit Cordon Bleu et le restaurant Au Petit Cordon Bleu à Londres.

1942 • Dione Lucas ouvre une école et un restaurant Le Cordon Bleu à New York. Celle-ci est aussi l’auteur du best-seller « The Cordon Bleu Cook Book » et devient la première femme à animer une émission de cuisine télévisée aux États-Unis.

1948 • Le Cordon Bleu est accrédité par le Pentagone pour la formation professionnelle de jeunes soldats américains après leur service en Europe. Ancien membre de l’Office of Strategic Services (OSS) aux États-Unis, Julia Child débute sa formation à l’école Le Cordon Bleu Paris.

1953 • Le Cordon Bleu Londres crée la recette du « Coronation Chicken », qui est servi aux dignitaires étrangers lors du dîner de couronnement de sa Majesté la Reine Elizabeth II.

1954 • Le succès du film « Sabrina » de Billy Wilder, avec Audrey Hepburn dans le rôle titre, contribue à la renommée grandissante de l’école.

1984 • La famille Cointreau, descendante des familles fondatrices des marques Rémy Martin et liqueur Cointreau, prend la présidence de l’école Le Cordon Bleu Paris, succédant à Madame Elizabeth Brassart, qui était la Directrice de l’école depuis 1945.

1988 • Le Cordon Bleu Paris quitte la rue du Champ de Mars, près de la Tour Eiffel, pour déménager rue Léon Delhomme, dans le 15ème arrondissement. Le Cordon Bleu Ottawa accueille ses premiers étudiants.

1991 • Le Cordon Bleu Japon ouvre ses portes à Tokyo, puis à Kobe. L’école est connue sous le nom de « Petite France au Japon ».

1995 • Le Cordon Bleu célèbre son 100ème anniversaire. Les autorités du district de Shanghai en Chine envoient pour la première fois des Chefs à l’étranger pour se former au Cordon Bleu Paris.

1996 • Le Cordon Bleu s’établit à Sydney en Australie, à la demande du gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud, et dispense une formation pour les Chefs en préparation des Jeux Olympiques de Sydney de 2000. Des Bachelors et Masters en management, ainsi que des recherches universitaires dans les domaines de l’hôtellerie, de la restauration, des arts culinaires et du vin sont ensuite développés à Adelaide.

1998 • Le Cordon Bleu signe un accord exclusif avec Career Education Corporation (CEC), afin d’exporter son expertise en matière d’enseignement aux États-Unis, et ainsi proposer des « Associate Diplomas » avec un contenu unique en arts culinaires et management hôtelier.

XXIème siècle

2002 • Le Cordon Bleu Corée et Le Cordon Bleu Mexique ouvrent leurs portes aux premiers étudiants.

2003 • L’aventure commence pour l’école Le Cordon Bleu Pérou. Celle-ci se développe, et devient la première école dans le pays.

2006 • Le Cordon Bleu Thaïlande est lancé en partenariat avec Dusit International.

2009 • Tous les établissements du réseau participent au lancement du film « Julie & Julia », avec Meryl Streep dans le rôle de Julia Child, ancienne étudiante du Cordon Bleu Paris.

2011 • Le Cordon Bleu Madrid ouvre ses portes en partenariat avec l’Université Francisco de Vitoria • Le Cordon Bleu lance son premier programme en ligne « Master of Gastronomic Tourism ».

2012 • Le Cordon Bleu Malaisie est lancé en partenariat avec Sunway University College • Le Cordon Bleu Londres déménage dans le quartier de Bloomsbury • Le Cordon Bleu Nouvelle-Zélande à Wellington ouvre ses portes.

2013 • Inauguration officielle du Cordon Bleu Istanbul • Le Cordon Bleu Thaïlande reçoit le prix de la « Meilleure Ecole Culinaire d’Asie » • Un accord est signé avec l’Université Ateneo de Manille pour ouvrir une école aux Philippines.

2014 • Le Cordon Bleu Inde ouvre ses portes, proposant aux étudiants des Bachelors en management de l’hôtellerie et de la restauration • Le Cordon Bleu Liban et Le Cordon Bleu Hautes Études du Goût célèbrent leur 10ème anniversaire.

2015 • Le 120ème anniversaire de Le Cordon Bleu est célébré à travers le monde • Le Cordon Bleu Shanghai accueille ses nouveaux étudiants • Le Cordon Bleu Pérou obtient le statut d’université • Le Cordon Bleu Taiwan ouvre ses portes avec NKUHT et l’institut Ming-Tai.

2016 • Ouverture des nouveaux locaux à Paris sur les bords de Seine dans le 15e arrondissement. Avec 4 000 m2 dédiés aux arts culinaires et au management dans les métiers du vin, de l’hôtellerie et de la restauration, Le Cordon Bleu Paris accueillera plus de 1 000 étudiants.Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_12

Le + : L’ Atelier est traduit en anglais.

Le – : Le jour de l’atelier, vous bénéficiez de 10% de remise sur la boutique, hormis les livres (-5%). Donc forcément, j’ai fait un tour par la case Boutique… Et j’ai adoré acheter des sablés pour mon fils, et des couteaux pour professionnels à mon chéri. Pour moi, juste une râpe-microplane pour mes tartes aux citrons de Menton, et surtout mon osso-bucco, entre autres plats salés.

J’aime : Repartir avec mon Tablier, mon torchon, mon « calot » et mon carnet de recettes.

Conclusion je veux y retourner pour le programme « Vin et Spiritueux » – 3 modules (42 heures de cours). On a le droit de rêver…!

Le-Cordon-Bleu_Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie

LE CORDON BLEU PARIS

PLUS DE 120 ANS D’EXCELLENCE DANS L’ENSEIGNEMENT DES ARTS CULINAIRES ET LE MANAGEMENT HÔTELIER.

Le-Cordon-Bleu Obsession-Luxe_Plaisir-de-la-Vie_3

 Suivez moi sur Instagram @ObsessionLuxe