Nous utilisons les cookies pour améliorer le site et votre expérience de navigation.

Grande Enquête : Qui sont les consommateurs bio ?

GRANDE ENQUÊTE : QUI SONT LES CONSOMMATEURS BIO ?

Pour mieux cerner le profil des consommateurs de produits bio, Bio à la Une a recueilli les réponses du plus d’un millier d’entre eux dans le cadre d’une vaste enquête. Elle révèle qu’un français sur deux achète régulièrement bio. Et même mieux, elle dévoile les habitudes d’achat qui étaient jusqu’ici relativement peu connues.

Voici les grandes tendances.

Grande Enquête

GRANDE ENQUÊTE

Si un Français sur deux déclare acheter des produits bio (1) , les habitudes de consommation sont en revanche moins connues. Une problématique a laquelle s’est attelée l’équipe de Bio à la Une.

« Il existait peu d’enquêtes relatives à l’avis des consommateurs de bio. Encore moins concernant les nouveaux consommateurs. Nous avons voulu recueillir leur point de vue afin de fournir des indicateurs clé aux acteurs de la filière bio et les aider à mieux faire face  aux attentes des acheteurs. » explique Philippe Mouillard, fondateur de Bio à la Une.

Qui sont les consommateurs de produits bio ?

Les femmes sont les principales consommatrices de produits bio, (87 % des sondés). Les 26-55 ans sont les plus
représentatifs parmi les acheteurs de bio, soit 72 % des sondés. Une tendance qui confirme celle observée en 2012 et 2013.

Les seniors et les juniors sont les moins représentés et se partagent le bas du classement. Les premiers, âgés de 66 ans, ne dépassent pas les 4,5 % tandis que les 18-25 ans incarnent moins de 7 %. Très majoritairement urbains (plus de 62 %), les consommateurs bio vivent, pour la plupart, dans une grande ville de plus de 45 000 habitants (près de 27 %) ou dans une commune de moins de 2 000 habitants (24 %). Comme en 2012 et 2013, Paris et l’Île-de-France comptabilisent la plus large part de consommateurs bio ; 5 % des sondés installés dans la Capitale.

Dans les grandes lignes, le consommateur typique de produits bio est donc une jeune quadra (la moyenne d’âge tirée de l’enquête étant de 42 ans), citadine et connectée. En effet, plus de 70 % des sondés disent utiliser les réseaux sociaux, Facebook en particulier.

(1)  Selon la 11ème édition du Baromètre Agence Bio/CSA1 

Les consommateurs de bio sont-ils plus riches ?

Le statut social et la situation financière ne sont plus des critères déterminants dans la consommation de produits bio. Contrairement à l’image répandue selon laquelle le bio serait réservé aux couches sociales les plus aisées, l’enquête laisse apparaître que les employés représentent plus d’un tiers des consommateurs de bio (35 %). Alors que les cadres et les cadres supérieurs ne dépassent pas les 13 %. Problématique financière ou manque de sensibilisation, les étudiants ne sont pas séduits par la bio et représentent à peine 3 % des consommateurs.

De plus, moins de 20 % des consommateurs de produits bio ont des revenus annuels supérieurs à 40 000 euros. Et près des deux tiers des amateurs de bio (57 %) gagnent entre 15 et 40 000 euros par an. Les moins aisés (avec des revenus annuels de 15 000 euros et moins), ne sont pas en reste et représentent plus de 20 % des consommateurs de bio.

Consommateurs récents ou “biovores” avertis ?

Le bio fidélise de plus en plus les consommateurs. En 2014, ils étaient près de 63 % à consommer des produits labellisés, ceci depuis plus de 5 ans, contre seulement 41,5 % en 2013.
Preuve que le bio s’installe durablement dans les foyers des consommateurs. En plus d’être des acheteurs de longue date, 43,6 % des sondés disent utiliser quotidiennement des produits bio, toutes catégories confondues : alimentation, cosmétiques, produits d’entretien, etc.

Une fidélisation et une fréquence que les consommateurs justifient principalement selon trois critères : une écrasante majorité des sondés considère que le bio est bon pour la santé, bon pour l’environnement et de meilleure qualité que les produits traditionnels.
Des produits de qualité qui satisfont les exigences de plus de 73 % des consommateurs “la plupart du temps” selon les résultat de l’enquête Bio à la Une.

Des prix plus bas, davantage de points de vente

Interrogés sur les améliorations susceptibles de les inciter à consommer plus de produits biologiques et écologiques, près de 65 % des sondés souhaitent une baisse des prix. Si 16 % d’entre eux estiment que le bio n’est “ni cher ni bon marché”, plus de la moitié considère ses achats bio comme “un peu cher”.

Une impression encore majoritaire, mais à la baisse : 10 % d’acheteurs en moins par rapport à 2013, réclament une baisse des prix. Une diminution qui s’explique possiblement par la conviction croissante que les produits bio sont de meilleure qualité.

Impression partagée par les deux tiers des sondés en 2014 contre un peu moins de la moitié en 2013. Autre demande commune exprimée par la moitié des consommateurs interrogés, la multiplication des points de vente. Si 88,5 % d’entre eux se disent satisfaits de l’offre en magasin spécialisé, 51 % veulent un plus grand nombre de distributeurs. Essentiellement des magasins bio, puisqu’ils sont en moyenne 65 % à y faire leurs achats, tandis que moins de 40 % trouvent leurs produits bio en grande surface.

Les fruits et légumes bio plébiscités

Les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique sont plébiscité par plus de 95 % des consommateurs bio.
Des résultats inscrits dans la lignée de ceux de 2012 et 2013, où les fruits et légumes occupaient déjà la tête du classement des produits bio les plus achetés. Au rayon alimentaire, les végétaux sont suivis par les produits frais, avec 85,5 % d’acheteurs.

Les produits d’épicerie tels que les céréales, les compotes ou les algues, par près de 78 % des consommateurs. Les produits végétariens et sans gluten gagnent du terrain.

Plus d’un tiers des acheteurs déclarent consommer des produits végétariens et plus de la moitié d’entre eux des boissons végétales. Les aliments sans gluten trouvent quant à eux le caddie de 27,5 % des consommateurs.

Moindre succès des compléments alimentaires et produits de jardin

Les produits alimentaires, consommés quotidiennement par 63 % des acheteurs de bio sont suivis par les cosmétiques naturels utilisés tous les jours par près de la moitié des sondés.

Les produits de jardinage et les compléments alimentaires sont les moins plébiscités. En moyenne, 26 % des consommateurs bio disent ne jamais les utiliser.

Finalement, les acheteurs de produits bio sont de plus nombreux et étaient 37 % à consommer quotidiennement des produits naturels en 2014. Une tendance qui devraient poursuivre de croître.

Pour preuve, plus de la moitié des sondés affirme vouloir augmenter la part des produits bio dans sa consommation. Notamment la part de produits alimentaires, que 60 % des sondés disent vouloir amplifier.

Source : Adocom

www.mangerbouger.fr

 Suivez moi sur Instagram @ObsessionLuxe


Grande Enquête : Qui sont les consommateurs bio ?
Votre adresse email ne sera pas publié

Laisser un commentaire

Les commentaires pour “Grande Enquête : Qui sont les consommateurs bio ?”

Grande Enquête : Qui sont les consommateurs bio ?

GRANDE ENQUÊTE : QUI SONT LES CONSOMMATEURS BIO ? Pour mieux cerner le profil des consommateurs de produits bio, Bio à la Une a recueilli les réponses du plus d’un millier d’entre eux dans le cadre d’une vaste enquête. Elle révèle qu’un français sur deux achète régulièrement bio. Et même mieux, elle dévoile les habitudes […]

Grande Enquête : Qui sont les consommateurs bio ?
Christel Engström
Article
Christel Engström
,,,,,,,

GRANDE ENQUÊTE : QUI SONT LES CONSOMMATEURS BIO ?

Pour mieux cerner le profil des consommateurs de produits bio, Bio à la Une a recueilli les réponses du plus d’un millier d’entre eux dans le cadre d’une vaste enquête. Elle révèle qu’un français sur deux achète régulièrement bio. Et même mieux, elle dévoile les habitudes d’achat qui étaient jusqu’ici relativement peu connues.

Voici les grandes tendances.

Grande Enquête

GRANDE ENQUÊTE

Si un Français sur deux déclare acheter des produits bio (1) , les habitudes de consommation sont en revanche moins connues. Une problématique a laquelle s’est attelée l’équipe de Bio à la Une.

« Il existait peu d’enquêtes relatives à l’avis des consommateurs de bio. Encore moins concernant les nouveaux consommateurs. Nous avons voulu recueillir leur point de vue afin de fournir des indicateurs clé aux acteurs de la filière bio et les aider à mieux faire face  aux attentes des acheteurs. » explique Philippe Mouillard, fondateur de Bio à la Une.

Qui sont les consommateurs de produits bio ?

Les femmes sont les principales consommatrices de produits bio, (87 % des sondés). Les 26-55 ans sont les plus
représentatifs parmi les acheteurs de bio, soit 72 % des sondés. Une tendance qui confirme celle observée en 2012 et 2013.

Les seniors et les juniors sont les moins représentés et se partagent le bas du classement. Les premiers, âgés de 66 ans, ne dépassent pas les 4,5 % tandis que les 18-25 ans incarnent moins de 7 %. Très majoritairement urbains (plus de 62 %), les consommateurs bio vivent, pour la plupart, dans une grande ville de plus de 45 000 habitants (près de 27 %) ou dans une commune de moins de 2 000 habitants (24 %). Comme en 2012 et 2013, Paris et l’Île-de-France comptabilisent la plus large part de consommateurs bio ; 5 % des sondés installés dans la Capitale.

Dans les grandes lignes, le consommateur typique de produits bio est donc une jeune quadra (la moyenne d’âge tirée de l’enquête étant de 42 ans), citadine et connectée. En effet, plus de 70 % des sondés disent utiliser les réseaux sociaux, Facebook en particulier.

(1)  Selon la 11ème édition du Baromètre Agence Bio/CSA1 

Les consommateurs de bio sont-ils plus riches ?

Le statut social et la situation financière ne sont plus des critères déterminants dans la consommation de produits bio. Contrairement à l’image répandue selon laquelle le bio serait réservé aux couches sociales les plus aisées, l’enquête laisse apparaître que les employés représentent plus d’un tiers des consommateurs de bio (35 %). Alors que les cadres et les cadres supérieurs ne dépassent pas les 13 %. Problématique financière ou manque de sensibilisation, les étudiants ne sont pas séduits par la bio et représentent à peine 3 % des consommateurs.

De plus, moins de 20 % des consommateurs de produits bio ont des revenus annuels supérieurs à 40 000 euros. Et près des deux tiers des amateurs de bio (57 %) gagnent entre 15 et 40 000 euros par an. Les moins aisés (avec des revenus annuels de 15 000 euros et moins), ne sont pas en reste et représentent plus de 20 % des consommateurs de bio.

Consommateurs récents ou “biovores” avertis ?

Le bio fidélise de plus en plus les consommateurs. En 2014, ils étaient près de 63 % à consommer des produits labellisés, ceci depuis plus de 5 ans, contre seulement 41,5 % en 2013.
Preuve que le bio s’installe durablement dans les foyers des consommateurs. En plus d’être des acheteurs de longue date, 43,6 % des sondés disent utiliser quotidiennement des produits bio, toutes catégories confondues : alimentation, cosmétiques, produits d’entretien, etc.

Une fidélisation et une fréquence que les consommateurs justifient principalement selon trois critères : une écrasante majorité des sondés considère que le bio est bon pour la santé, bon pour l’environnement et de meilleure qualité que les produits traditionnels.
Des produits de qualité qui satisfont les exigences de plus de 73 % des consommateurs “la plupart du temps” selon les résultat de l’enquête Bio à la Une.

Des prix plus bas, davantage de points de vente

Interrogés sur les améliorations susceptibles de les inciter à consommer plus de produits biologiques et écologiques, près de 65 % des sondés souhaitent une baisse des prix. Si 16 % d’entre eux estiment que le bio n’est “ni cher ni bon marché”, plus de la moitié considère ses achats bio comme “un peu cher”.

Une impression encore majoritaire, mais à la baisse : 10 % d’acheteurs en moins par rapport à 2013, réclament une baisse des prix. Une diminution qui s’explique possiblement par la conviction croissante que les produits bio sont de meilleure qualité.

Impression partagée par les deux tiers des sondés en 2014 contre un peu moins de la moitié en 2013. Autre demande commune exprimée par la moitié des consommateurs interrogés, la multiplication des points de vente. Si 88,5 % d’entre eux se disent satisfaits de l’offre en magasin spécialisé, 51 % veulent un plus grand nombre de distributeurs. Essentiellement des magasins bio, puisqu’ils sont en moyenne 65 % à y faire leurs achats, tandis que moins de 40 % trouvent leurs produits bio en grande surface.

Les fruits et légumes bio plébiscités

Les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique sont plébiscité par plus de 95 % des consommateurs bio.
Des résultats inscrits dans la lignée de ceux de 2012 et 2013, où les fruits et légumes occupaient déjà la tête du classement des produits bio les plus achetés. Au rayon alimentaire, les végétaux sont suivis par les produits frais, avec 85,5 % d’acheteurs.

Les produits d’épicerie tels que les céréales, les compotes ou les algues, par près de 78 % des consommateurs. Les produits végétariens et sans gluten gagnent du terrain.

Plus d’un tiers des acheteurs déclarent consommer des produits végétariens et plus de la moitié d’entre eux des boissons végétales. Les aliments sans gluten trouvent quant à eux le caddie de 27,5 % des consommateurs.

Moindre succès des compléments alimentaires et produits de jardin

Les produits alimentaires, consommés quotidiennement par 63 % des acheteurs de bio sont suivis par les cosmétiques naturels utilisés tous les jours par près de la moitié des sondés.

Les produits de jardinage et les compléments alimentaires sont les moins plébiscités. En moyenne, 26 % des consommateurs bio disent ne jamais les utiliser.

Finalement, les acheteurs de produits bio sont de plus nombreux et étaient 37 % à consommer quotidiennement des produits naturels en 2014. Une tendance qui devraient poursuivre de croître.

Pour preuve, plus de la moitié des sondés affirme vouloir augmenter la part des produits bio dans sa consommation. Notamment la part de produits alimentaires, que 60 % des sondés disent vouloir amplifier.

Source : Adocom

www.mangerbouger.fr

 Suivez moi sur Instagram @ObsessionLuxe

Kardashian Jenner Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs